Homo Bestia au Musée de Vernon

 « Homo Bestia se dessine comme la continuité de la série Manger un peu de terre. Là où je donnais à voir un processus intime et personnel de reconnexion au vivant, Homo Bestia se fait l’écho d’une mutation plus universelle. La conscience des désastres écologiques et des limites de notre société industrielle fait naître le besoin de nous sentir réadaptés au monde et pacifiés avec le vivant. Si l’histoire des hommes a déconstruit l’idée d’harmonie globale, elle ne l’a pas pour autant effacée de notre mémoire. Or recourir à la métamorphose animale peut nous aider à réactiver cette mémoire. Subsiste en nous un substrat de croyances ancestrales et mythologiques où l’Homme usait de rituels et adoptait les attributs de l’animal dans l’espoir d’y trouver des réponses. Ressusciter l’archaïque animisme est une manière d’élargir notre conscience, de repenser notre place dans le monde et de lui insuffler un élan plus spirituel. Devenir-animal pour rester-humain » Emma Barthère 

 

Invitée à l’exposition collective Courant d’art : une balade artistique vernonnaise en 2021, Emma Barthère ornait la cour du musée de Vernon de deux photographies à la fois mystérieuses et fantastiques de sa série Homo
Bestia. Initiées pendant le confinement en 2020 en baie du Mont Saint-Michel puis dans le Béarn au cœur des Pyrénées, ses photographies interrogent notre relation au monde vivant à l’aune d’une nouvelle ère post-covid et de ses enjeux écologiques auxquels l’humanité est désormais confrontée. Face au développement des intelligences artificielles, à l’exploitation et la raréfaction des ressources naturelles et à l’effondrement de la biodiversité,
Emma Barthère propose avec force, conviction et poésie, la nécessité d’une reconnexion de l’être humain au monde vivant.

Homo Bestia présente plus de 80 photos au sein de l’exposition temporaire et en dialogue avec les collections du parcours permanent. En cohérence avec le projet scientifique et culturel du musée qui s’intéresse aux représentations du monde vivant, Homo Bestia renouvelle notre regard sur les œuvres du passé, paysages impressionnistes et art animalier, et engage une réflexion sur les enjeux actuels de notre rapport au monde vivant et à
notre environnement.

Documents Joints

Dossier de presse Exposition Emma Barthère Homo Bestia 2023 Musée de Vernon

3,71 Mo - pdf

Les articles associés

Musée Blanche Hoschedé-Monet

Musée Blanche Hoschedé-Monet  

Le musée municipal de Vernon est fondé en 1862 grâce à la donation de la collection de François…

+

Homo Bestia

Invitée à l’exposition collective Courant d’art : une balade artistique vernonnaise en 2021, Emma Barthère ornait la cour du musée de Vernon de deux photographies à la…

+